Test | Clank!

Du raffut dans le donjon

Quelque part dans le vaste monde un château abandonné s’élève sur les hauteurs d’une montagne. Cela fait maintenant bien longtemps que la rumeur circule : un trésor immense se trouve sous cette vieille bâtisse, et plus précisément dans les profondeurs du donjon qu’il abrite. Quatre courageux aventuriers ont eu vent de la nouvelle et se lancent dans la quête risquée, mais audacieuse, qui consiste à récupérer le trésor et rentrer chez eux. Hop. Comme ça. Ni vus ni connus. Sous-estimant la tâche, les voilà qui poussent les lourdes portes du donjon en un vacarme infernal. Ils s’avancent dans la pénombre. Que ces couloirs sont sombres et bruyants !

Ils progressent encore dans les profondeurs. La terre tremble sous leurs pas et un puissant grognement les fait chuter ventre à terre. Une odeur de soufre se répand. Pas de doute, c’est un dragon !

Oui. C'est bien lui.
Clank! kèssecé ?

Clank! est un jeu de deckbuilding. C’est-à-dire qu’il s’agit d’un jeu de cartes dans lequel le joueur va devoir construire lui même sa pioche afin de personnaliser l’orientation stratégique de son jeu. Mais Clank! se démarque un peu parce qu’il utilise également un plateau pour visualiser son avancé dans le donjon ainsi que les différents trésors et les itinéraires à prendre. Le but du jeu est de descendre dans le donjon et de remonter en vie avec un artefact. Quand un joueur remonte avant les autres un compte à rebours annonçant la mort subite est lancé. À la fin de la partie, on compte les points (or, points des trésors ramassés, points des cartes) et celui qui en a le plus est déclaré gagnant.

Le matériel

Clank! propose un plateau double face avec deux surfaces de jeu différentes pour varier les plaisirs. Le jeu compte aux alentours de 200 cartes et tout un tas de jetons secrets, objets et argent. Il y a quatre couleurs différentes avec un meeple et 30 cubes pour chacune. Un pion dragon et ses cubes ainsi que son petit sac en velours tout doux. La boite de jeu est au format classique (Five Tribes, This War of Mine, etc.) et contient un thermoformage qui permet de tout maintenir en place. Les illustrations du collectif d’illustrateurs pour les cartes sont vraiment sympathiques et nous mettent tout de suite dans le thème et le ton du jeu. Le plateau est sombre (profondeurs souterraines obligent) mais reste néanmoins très lisible. Un petit bémol cependant pour le revêtement du plateau qui a tendance à pas mal se rayer assez vite, mais rien qui ne vient gêner le confort de jeu. En bref, une édition assez réussie !

La mise en place

Les joueurs se mettent d’accord et choisissent une face du plateau (les deux sont différentes mais intéressantes). Chaque joueur choisi une des quatre couleurs, pose ses cubes Clank! devant lui et place son meeple a l’entrée du donjon. Les joueurs prennent chacun leur deck de départ qui compte 10 cartes. Au début de la partie, tout le monde joue avec les mêmes cartes. On prend les différents jetons de trouvailles qu’on place sur leurs emplacements sur le plateau. Juste à côté de ce dernier se trouvent deux lignes de cartes :

  • Les cartes permanentes : c’est les cartes que l’on peut acheter/combattre en permanence tout au long de la partie, jusqu’à ce qu’elles soient épuisées. Il y en a quatre types.
  • Les cartes aventures : c’est le gros deck de cartes qui va nous permettre de personnaliser notre propre deck. On en révèle six et, entre les tours des joueurs, en fonction des cartes qui ont été achetées/combattues, on révèle autant de nouvelles cartes.

Le dragon est placé sur sa piste de fureur en fonction du nombre de joueurs. Et la partie peut commencer.

Des souterrains labyrinthiques.

On joue ?

Un tour de jeu

Il y a un truc génial avec Clank! et qui en fait un jeu facile d’accès (attention ici ce n’est pas péjoratif !) c’est qu’à son tour, le joueur actif pioche 5 cartes et doit immédiatement jouer et appliquer les effets de toutes les cartes qu’il a en main. Ici, pas de choix hyper cornéliens à ce niveau. Le seul choix qu’il faut faire c’est celui de l’ordre d’application des effets. L’essentiel est de résoudre tous les effets, peu importe l’ordre, mais à la fin il faut que tout soit résolu. Un joueur peut donc :

  • Se déplacer : les cartes qui contiennent une ou plusieurs bottes permettent de se déplacer d’autant de cases sur le plateau. Cependant il faut bien faire attention à respecter les itinéraires du plateau et leurs conditions de passage (sens unique, fermé à clé, monstre présent sur le chemin, nécessité d’utiliser deux bottes pour un déplacement, etc.). De plus si un joueur entre dans une caverne de glace il ne peut plus se déplacer jusqu’à la fin de son tour (mais il peut se téléporter s’il en est capable).

  • Combattre : si les cartes qu’il joue contiennent des épées, le joueur peut les utiliser pour combattre des monstres (présents dans la proposition des cartes aventures, ou le gobelin que l’on peut attaquer tout au long de la partie présent dans les cartes permanentes) et bénéficier de leurs effets ou bien se protéger des dégâts lorsqu’il emprunte un chemin qui comprend des monstres sur le passage.

  • Acheter de nouvelles cartes : beaucoup de cartes contiennent des points de compétences bleus à dépenser pour acheter de nouvelles cartes (équipements, compagnons, aubaines, entre autres…). Il est très important de dépenser ces points de compétences puisqu’ils permettent de personnaliser son deck avec de nouvelles cartes aux effets divers et variés !
Des cartes superbes et faciles à déchiffrer.
La gestion du bruit

Clank! c’est le bruit que l’on fait dans le donjon ! Ainsi les cubes Clank! que les joueurs possèdent et posent sur la zone Clank! du plateau permettent de savoir le bruit que fait un joueur. Les cartes Faux-pas par exemple n’ont que pour seul effet de générer un Clank! que vous devrez poser obligatoirement, c’est donc un malus et on essaiera de se débarrasser de cette carte par exemple. Mieux vaut ne pas faire de bruit, car vous aurez plus tendance à vous faire cibler lors de l’attaque du dragon. Mais essayez de faire en sorte que les autres en fassent !

L'accumulation de Clank! devient vite problématique.
Un dragon en colère

Une fois que le tour d’un joueur prend fin (quand il a appliqué tous les effets de ses cartes et qu’il les a résolu), on vient compléter les emplacements manquants des cartes aventures achetées. Ce moment est très important puisque c’est ici que l’on sait si le dragon attaque ou non. Si une des cartes révélées contient la petite image du pion dragon, alors ce dernier attaque. Sinon rien ne se passe et un autre joueur commence son tour.

Quand le dragon attaque on prend tous les pions Clank! de la zone prévue sur le plateau et on les mélanges dans le joli petit sac en velours. Mignon certes, mais vous apprendrez très vite à le détester. On pioche ensuite autant de cubes que le nombre indiqué sur la piste de fureur du dragon. Si les cubes piochés sont noirs, ça va, vous avez eu chaud. Si ce sont des cubes de couleurs alors ces derniers attribuent des points de dégâts aux différents joueurs (à leur couleur respective). Lorsqu’un joueur meurt il y a deux possibilités. Soit il meurt dans les profondeurs du donjon (au-dessous du niveau du sol) et alors là c’est vraiment fini pour lui, il remballe tout, il met sa veste et il peut sortir la salle. 0 point. Soit il meurt au-dessus du niveau du sol et, là, des villageois viendront le soigner et ses points seront comptabilisés normalement. Une fois l’attaque du dragon résolue c’est au joueur suivant de jouer et ainsi de suite.

Des trésors en pagaille
Acheter de bonnes cartes, découvrir des trésors, la dure vie d'un cambrioleur.
tic tac tic tac tic tac

Lorsqu’un joueur remonte en premier il déclenche le compte à rebours. Si au bout de 4 tours de table supplémentaires les autres joueurs ne sont pas remontés, ils meurent immédiatement. En plus de ça, à chaque fois que c’est au tour du joueur qui a déclenché le compte à rebours, il y a une attaque du dragon automatique qui gagne à chaque fois en puissance. Cette mécanique donne un méchant coup de fouet à la dynamique générale du jeu.

À noter que lorsqu’un joueur parvient à remonter avec un artefact sans mourir il a droit à un bonus de 30 points. Ce qui est loin d’être négligeable.

Mes sensations

C’est une folle course que nous propose de vivre Clank!. Haletant jusqu’à la fin, le jeu nous propose pas mal de choix. Que ce soit par rapport au fait de s’enfoncer plus profondément dans le donjon (ou pas) pour grappiller quelques objets et points de victoire supplémentaires, ou dans le choix des cartes au moment d’en acquérir. Il y a quelque chose de gratifiant de voir, peu à peu, son deck s’orienter vers une stratégie qui paye. Alors bien sûr que le hasard est présent dans la pioche des cartes. Parfois on se retrouve avec une main bourrée de combos dévastateurs, alors que le tour d’après il n’y a pas grand-chose à tirer de nos cartes (si ce n’est des Clank!). Mais au final c’est ce qui fait que le jeu a une saveur si particulière. Ce quelque chose de délicieusement incontrôlable qui ne chute pas l’abîme du hasard absolu. Dans Clank! on tente parfois de maîtriser le jeu et, quand on y arrive on se marre de voir la tête de nos adversaires. La partie, lorsqu’elle touche à sa fin, nous invite vraiment à en refaire une, et ça, c’est tout ce qui compte.

En quelques mots

En environ 45 minutes, Clank! propose de réunir jusqu’à quatre joueurs qui peuvent réellement être de profils différents. Je veux dire pas là que, avec quelques concessions, le joueur expert prendra son pied, et le joueur familial en fera tout autant, grâce à une règle super bien écrite et bourrée d’humour et à des mécaniques simples d’accès sans qu’elles soient pauvres. Le jeu est beau, bon, rapide, et sans attentes interminables entre les tours. Une variante solo avec l’application disponible sur smartphones, est possible. Elle propose de remplir divers objectifs annexes. L’application peut aussi être utilisée avec une configuration supérieure à un joueur. À noter aussi qu’une extension est d’ores et déjà sortie en boutique, il s’agit de Trésors engloutis, et une autre est en préparation en France. Un tout autre jeu, Clank! in space, est aussi en préparation, mais déjà sorti en version originale.

Les objets à vendre au marché.

Le donjon est connecté !

Ici pour suivre les dernières actualités du blog :

Et là pour discuter jeux :

Laisser un commentaire

Fermer le menu